Scl conseil
Publié le 7 Mars 2018 à 13h05 - 238 clics

Les raisons d'investir en FIP

Le Fond d’Investissement de Proximité ou FIP est avant tout un bon moyen de défiscaliser. La diminution d'impôts peut être appliquée directement sur le revenu. Le gouvernement encourage les contribuables à faire des placements dans des sociétés non cotées. L’objectif est de privilégier l’épanouissement de petites entreprises.

Qu'est-ce qu'un FIP ?

Les FIP sont des fonds communs de placement. Ils sont régis par des cadres stricts et ne peuvent exister qu’à travers la présence de certains paramètres spécifiques. Pour bénéficier du dispositif, ces fonds doivent être par exemple investis, pour 70 % minimum des leurs actifs, dans des entreprises catégorisées en tant que PME. Le statut de PME doit être en outre conforme à la norme européenne. Il comprend ainsi que la société doit être constituée de moins de 250 salariés (le statut de PME française autorise le chiffre de 500). Le chiffre d’affaires annuel ne doit pas non plus dépasser les 50 millions d’euros. Enfin, par rapport à la localisation des entreprises, les fonds investis doivent être répartis au maximum sur 4 régions frontalières.

Les FIP sont souvent confondus avec les FCPI, qui sont de leur côté, des fonds communs de placements dans l’innovation. Cela est compréhensible au vu de plusieurs aspects qu’ils ont en commun. Le bénéfice fiscal est notamment identique dans les deux cas. La différence réside dans la typologie de sociétés qui bénéficient de ces fonds. Le FIP, par exemple, n’est pas obligé d’investir dans des sociétés dites innovantes. L’accessibilité y est cependant plus difficile. Ainsi, un investissement en FCPI ne considère pas les conditions de chiffre d’affaires ou du nombre d’employés de l’entreprise.

Quelle réduction d'impôt?

En conclusion, les sommes investies dans les FIP sont plutôt réservées pour les PME non côtées. Si cela comporte bien des risques, le placement devient envisageable quand on réalise qu’il peut générer de fortes plus-values. C’est un soutien important pour la vitalité économique . Au vu de la réticence des français à prendre des risques, l’État a mis en place plusieurs bénéfices fiscaux afin d’encourager ce genre de placement. La diminution d’impôts dans le cadre de l’impôt sur le revenu est de 18 % de la somme investie. Cette réduction est complètement autorisée sur l’année fiscale de l’investissement. Par contre, l’investisseur est obligé de garder ses parts pendant une durée de cinq années minimum. La plus-value est enfin exclue de l’impôt sur le revenu.

Les publications similaires de ""

  1. 1 Juin 2018La domiciliation bancaire est un domaine assez technique178 clics
  2. 20 Mai 2018Le rôle et les objectifs d'une fiduciaire en Suisse198 clics
  3. 13 Mars 2018On vous accompagne pour une défiscalisation immobilière4186 clics